Francis Bacon : le peintre de la déchirure humaine

Peintre anglais, il se place parmi ces peintres que l’on reconnait dès le premier coup d’œil. Ses œuvres sont considérées par plusieurs comme une illustration parfaite de ces temps modernes qui sont tourmentés par la violence et les insoutenables monstruosités.

De sa biographie

Francis Bacon est né le 28 octobre 1909 à Dublin et est décédé à Madrid en 1992. Il a été rejeté par son père à l’âge de 16 ans pour s’installer à Londres après avoir révélé son homosexualité. De son côté, sa mère continue de lui verser une pension. À partir de là, il fait des allers et retours entre Paris et Berlin. Il enchaine de petits boulots qui ne vont lui permettre que de survivre. En même temps, il se met à peindre en autodidacte. En 1928, à son retour à Londres, il réalise une exposition dans son atelier de Queensbury Mews. Même s’il a participé à cette époque à plusieurs expositions, il a été aussi plusieurs fois rejeté d’une exposition. De ces échecs, il était tenté plusieurs fois d’arrêter la peinture.

De ses œuvres

Francis Bacon est un peintre du mouvement expressionniste. Il a signé un style bien particulier. À travers ses œuvres, il dessine la violence, la cruauté et la tragédie. Pour exprimer ces sentiments, il déforme l’image humaine. Dans son apprentissage de la peinture, Francis Bacon a été fortement influencé par l’art plastique, ce qui l’a conduit à intégrer le courant abstrait à ses œuvres. Pour créer ses tableaux, il s’inspire largement de la guerre, de sa vie, mais aussi de ses voyages. On peut compter parmi ses plus beaux tableaux les « trois études pour une crucifixion » et le « personnage avec quartier de viande » ou encore le « Triptyque ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.